© 2018 Stephane Ginsburgh

Design by SDN

HOME
PAGE

RECORDINGS                  see CONCERTS


The Bad-Tempered Electronic Keyboard - Anthony Burgess (Grand Piano/Naxos)
"Burgess’ 1985 work pays homage not only to Bach, but to Shostakovich, particularly in its more rugged dissonant counterpoint. There’s a hint of Ronald Stevenson in the writing, too, and some might even find passing nods to the severity of Sorabji’s Opus Clavicembalisticum. A ‘Fantasia on BACH’ is perhaps inevitable; less predictable is a finale entitled ‘Natale 1985’ based on three famous Christmas carols. Stephane Ginsburgh makes the finest case imaginable, his sound superbly captured. Recommended."

International Piano (May, 2018)


Gentle Electronics - Jean-Luc Fafchamps (Sub Rosa)
"Jean-Luc Fafchamps sous de nouveaux aspects, intimement liés à une rencontre “douce” avec l’électronique. Dans le premier, le piano – tenu par Stéphane Ginsburgh, talentueux compagnon de route du compositeur – est au centre des échanges, introduit par les petites percussions et leur flot d’harmoniques, le tout relayé avec une infinie subtilité par les “machines” pour aboutir à un effet suspendu, spatial, hors du temps."
Martine Dumont-Mergeay
La Libre Belgique (Bruxelles, 2016)

Sonates - Sergeï Prokofiev (Cypres)

"Prokofiev volontaire et rêveur
Les sonates de Prokofiev laissent trop souvent une sensation univoque de motricité débridée. Exactement le contraire de la voie suivie par Stéphane Ginsburgh tout au long d’une intégrale des sonates qui jouent avec délectation des variations d’atmosphères : certes parfois énergétiques et volontaires mais aussi ludiques, rêveuses, avec ce merveilleux sens de l’inattendu qui caractérise les pièces brèves pour piano du maître."
Serge Martin
Le Soir - (Bruxelles, December 2015)

"Par la force précise des articulations, l'énergie rythmique, la clarté du discours, la rigueur des tempos, il donne une égale puissance aux pages de la période prérévolutionnaire ainsi qu'à la 5e."

"La rudesse (disciplinée) du toucher et le souci de ne jamais se noyer dans les détails servent la formidable trilogie des “sonates de guerre“ où Prokofiev retrouvait un radicalisme du langage inconnu depuis son retour en URSS."
Patrick Szernowicz
Diapason Magazine (2016)

Back To - Jean-Luc Fafchamps (Sub Rosa)

"Avec les "Back To" de Fafchamps, la littérature pour piano s’enrichit d’un triptyque éclatant de vie et d’intensité. Chaque "mouvement" ouvre un monde neuf, caractérisé par des sensations et des techniques spécifiques : "Back To The Pulse" (2008), obsessif et pseudorépétitif, entraîne l’écoute dans le pur plaisir de la pulsation (forcément), renforcé par quelques pièges vertigineux; avec ses variations, son groove, ses scintillements, l’exubérant "Back To The Sound" - créé au Reine Elisabeth 2010 - fait déjà partie des classiques; enfin, "Back To The Voice" (1998), plus ancien, plus expérimental, mais typiquement fafchampsien, tente de marier continu et discontinu, chant et percussion, et y parvient. Libre, virtuose, inspiré, le pianiste Stéphane Ginsburgh est ici au cœur de son art."
Martine Dumont-Mergeay
La Libre Belgique (Bruxelles, 2013)

42 Vexations - Eric Satie (Sub Rosa)

"If one listens to 42 Vexations (1893) without reading about it, then it may take a while before he or she realizes it is one 80-second piano piece repeated by Stephane Ginsburg. […] The more you listen, the more it becomes both familiar and foreign and the more impressed and scared you become. Dare it be said: It’s one of the most powerful releases of the year and a joke at the same time."
42 Vexations (1893)
By Dave Heaton, Associate Music Editor
PopMatters (USA, 10/2009) - read the full article

"Without doubt, this is the best rendition of Erik Satie’s marathon piano piece to surface. Performed last year in Brussels by Stephane Ginsburgh on Satie’s own piano, this is beautifully recorded extract from the mammoth work is breathtaking. Listening to this in the still of the night is anything but vexating. The calm, contemplative music brings about feelings of bliss and by the end of the recording it is difficult to be annoyed about anything."

42 Vexations (1893)"
By John Kealy
Brainwashed (USA, 9/27/2009) - read the full article

"This CD, on which the piece is performed by Stephane Ginsburg, offers only five-percent of the whole -- in order to get the full 840 out of it, you'll have to play the disc 20 times. But even one journey from beginning to end will have a powerful effect on the listener. The slow, mournful repetition of these off-kilter notes that move and resonate with each other in unexpected ways creates a kind of head-spinning feeling after a while, not unlike late-period extended works by Morton Feldman (the solo piano piece For Bunita Marcus, or the piano/violin duo For John Cage, in particular)."
42 Vexations (1893)
by Phil Freeman
allmusic (USA, 10/2009) - read the full article

Erratum Musical - Marcel Duchamp (Sub Rosa)

"Duchamp created a number of musical compositions, many purely conceptual. But when Stephane Ginsburgh recorded Duchamp's 1913 opus Erratum Musical a few years back, he took into account Duchamp's observation that 'pataphysics involved "canned chance" and ensured all the piece's 88 piano notes were picked out in a random order with no emphasis on any one in particular."
That Ubu that you do
By Mark Barnes
The Guardian (UK, 5/2008) - read the full article

"The directions behind Marcel Duchamp's Erratum Musical are deceptively simple. Each note on a given keyboard is played only once, the order of the notes is determined by random draw, and there are no instructions for how the notes are to be played. A Dadaist joke? On the contrary, it yields intricate music and a primer for discussing how sound relates to emotion. In the first few minutes of this composition, each note is like the period at the end of the sentence--individual and straightforward. This succinct presentation lacks an emotional pull, as if pianist Stephane Ginsburgh is testing the keys rather than playing them. As Erratum Musical unfolds, however, the duration of the notes lengthens, introducing a fragile uneasiness. It continues with subtle manipulations of tempo and acoustic properties. Keys are struck with a feathery touch, making the notes quiver at the edge of emotional and audible perception--only to rush back to the foreground with a spiteful presence as Ginsburgh pounces on the keyboard with a seemingly smug resolution. Although the exponential possibilities of Duchamp's Erratum Musical invite chaos, Ginsburgh's performance exhibits a sublime, unified beauty, like that found in the random latticework of a snowflake."
Editorial Reviews
Marcel Duchamp - Erratum Musical
Michael Woodring
Amazon.com

 

For Bunita Marcus - Morton Feldman (Sub Rosa)

"Derived from the exotic patterns of Near and Middle Eastern rugs, as well as the painting of his beloved abstract expressionists (Rothko, Pollock, Guston and Rauschenberg), this austere yet beautiful piece is a monumental celebration of timber and tone. Each note that gracefully falls from the hands of pianist Stephane Ginsburgh is infused with a long decay; the sustain pedal firmly pressed to the floor, creating a dreamlike state that alters the listener's perspective of time and space. It's as if a distant thunderstorm has laid sledge to the performance while the first droplets of rain already begun to descend. For over 70 minutes, piano clusters are atomised and repeated to create a vaporous tapestry and a sonic parallel to those pieces of fabric from which it draws its inspiration."

Morton Feldman - For Bunita Marcus

By Spencer Grady

Record Collector Magazine (UK, 10/2007) - read the full article

Morton Feldman's Last Pieces (Sub Rosa)

"Ginsburgh is happy to take everything at his own pace, his healthy touch and dynamic making a refreshing alternative to the rather genteel performance tradition that has grown up around this body of work… In this recording, Ginsburgh brings a different sort of physicality to the music, toughly tender as he is here."
About Morton Feldman’s Last Pieces
Tom Perchard
The Wire


"Truly beautiful playing by pianist Stephane Ginsburgh on this new CD of the late great minimalist composer Morton Feldman. Solo piano pieces with incredible space and resonance. Find a space in your overly hectic and frenetic life for the works of Morton Feldman and be richly rewarded. This is an excellent starting point."
About Morton Feldman’s Last Pieces
www.boomkat.com

CONCERTS
 

"Among the most exciting interpretations of the contemporary keyboard repertoire.."
Michel Debrocq
Le Soir

 

"Assistés de Jan Panis à la console, qui a côtoyé Stockhausen de près et a pris part à de nombreuses exécutions de Mantra, Wilhem Latchoumia et Stéphane Ginsburgh n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire vivre de grands moments au public qui s’était déplacé ce vendredi soir à Bozar. Le premier en chemise noire, le second en chemise blanche, on aurait dit qu’ils s’étaient volontairement assortis aux couleurs de leurs claviers, non tant pour mieux se confondre avec leurs instruments, mais pour faire véritablement corps avec eux. Et de fait, l’osmose fut totale ! [...] ces deux pianistes d’exception ont livré une lecture très engagée de Mantra, absolument brillante sur le plan technique. L’exécution de cette page maîtresse de l’Ecole de Darmstadt, œuvre d’un seul tenant d’une durée d’une heure et quart, exige des interprètes une extrême concentration, soutenue de bout en bout. Impossible de mémoriser une telle partition. C’est donc les yeux rivés sur celle-ci que le duo s’est employé à en révéler les innombrables couleurs harmoniques. A aucun instant, pourtant, cette œuvre d’une extraordinaire complexité n’a semblé leur échapper. Mention spéciale à Wilhem Latchoumia, qui a paru survoler la partition avec une aisance épatante. Mais braver les obstacles n’était pas l’unique objectif des deux musiciens ; se gardant bien de verser dans une interprétation mécanique, scolaire, ils ont au contraire affiché beaucoup de tempérament, de conviction et de personnalité. Remarquable performance !"

Olivier Vrins

Crescendo Magazine (2018) read the full article

"Ginsburgh took on two of the famous Klavierstücke and performed them with admirable sobriety and poetry."
Patrice Lieberman
The Bulletin (Brussels)


"Non seulement fit-il des trois sonates un unique programme, mais il les joua d'affilée, sans jamais sortir de scène. Voulant ainsi créer, dit-il, une unité, il rejoint les commentateurs qui voient là «une immense sonate en 10 mouvements». Sa prestation possédait effectivement une unité de pensée, d'expression et de couleur pianistique, les changements de climat étant ramenés à un dénominateur commun: la force rythmique qui habite tout ce qu'il joue."
Claude Gingras
La Presse (Montréal) read the full article


"Stephane Ginsburgh fait partie de la jeune génération des musiciens belges acquise au principe de faire vivre les musiques d’hier et d’aujourd’hui dans une sorte de réjouissance souveraine. Il est également de ceux qui savent regarder la musique du haut d’un balcon et affectionne les programmes autour d’idées, de lectures, d’associations d’esprit…"
Christine Gyselings

"Autant que pianiste et musicien, Stephane Ginsburgh est un artiste, et un chercheur. Sa sensibilité musicale ne le dispense pas de faire fonctionner ses méninges, ni ses acquis professionnels de sortir des sentiers battus."
So Liszt!
Martine Dumont-Mergeay
La Libre Belgique read the full article


"Le `Klavierstück IX´ de Stockhausen, coloré, brillant, précis, fit valoir la musicalité et la maîtrise de notre jeune compatriote Stephane Ginsburgh, la même qu'il dut déployer, en tandem avec Gerrit Nulens, pour le `Kontakte´, toujours de Stockhausen: une pièce foisonnante pour bandes, piano et percussions, nécessitant des interprètes, outre une concentration d'enfer, le don d'ubiquité et trois paires de bras chacun (au moins)."
Electro-contempo au Botanique juin 2002
Martine Dumont-Mergeay
La Libre Belgique


"Stephane Ginsburgh excelle à égrener l’angoisse latente et souligne le côté crépusculaire d’une musique désespérée (…) Il évolue prudemment entre les méandres du mouvement initial dont il révèle au compte-goutte les projections sidérales pour ensuite gagner une perception plus immédiate qui se mue en possession jouissive dans la prodigieuse rythmique d’un finale d’une liberté presque jazzifiante."
À propos de la Huitième Sonate de Prokofiev

"…un pianiste décidément aussi pudique qu’impliqué."
Ars Musica 1996 - De Schnittke à Berio et Prokofiev
Le piano libre et pur de Stephane Ginsburgh
Serge Martin
Le Soir


"La technique de Stephane Ginsburgh très élaborée, son phrasé d’une remarquable précision impressionnent."
La Province

"Entre les doigts de Stephane Ginsburgh, la musique de Béla Bartók se fait percutante ou martelée, exagérant ou dénudant les sentiments, du plus tendre au plus agressif."
Marie-Paule Wattez
La Province


"Le jeune pianiste belge Stephane Ginsburgh a tout à fait surpris avec la ‘Sonate 1926’ de Béla Bartók. Il est parvenu à rendre cette œuvre aux arêtes vives avec un sens rythmique d’une grande précision et un jeu aux contours acérés ; il a donné à la musique de Bartók cette vigueur mugissante et juvénile qui lui est si particulière."
Ralph Ph. Ziegler
Kinzigtal Nachrichten (Deutschland)


"Vendredi (14) et samedi (15 juin 2002), le Botanique propose le Festival Electro-Contempo. [...] Le premier soir mettra Stockhausen à l'honneur. Le pianiste belge Stephane Ginsburgh (un des interprètes les plus passionnants du répertoire pour clavier contemporain) commencera avec trois des mythiques Klavierstücke (les 7, 8 et 9), des pièces qui, au début des années 50, ont exploré l'écriture pour piano dans toutes ses possibilités les plus inouïes. Suivra Kontakte, dans la version écrite en 1960 pour piano, percussion et sons électroniques. Stockhausen travaille sur trois types de couples sonores, précise Stéphane Ginsburgh: sons métalliques, bois et peaux. Ces sonorités se retrouvent aussi bien dans la bande que dans l'écriture instrumentale, au travers d'une synchronisation extrêmement précise de tous les événements. Le percussionniste de ce concert sera Gerrit Nulens et Jean-Marc Sullon prendra en charge la spatialisation sonore de l'oeuvre. Cette interprétation classique sera suivie d'une version iconoclaste, un remix signé par DJ Olive, décrit comme le plus félin des DJ new-yorkais expérimentaux."
Musique Electro-Contempo au Bota
Un fructueux compagnonnage
Michel Debrocq
Le Soir